C’est quoi la méditation pleine conscience ?

C’est se donner la possibilité de reprendre le contrôle de son mental et de profiter de la seule chose qui existe réellement le moment présent.
C’est apprendre à s’arrêter pour regarder intentionnellement ce qui se présente à soi pour agir en pleine conscience.
C’est s’offrir le cadeau de générer des émotions dites positives, comme la joie et l’enthousiasme.

Quels sont les biens faits de la pratique régulière de la méditation pleine conscience ?

L’acte méditatif semble pouvoir nous déconditionner de certains automatismes cérébraux. L’utilisation préférentielle et autonome de certains circuits cérébraux a tendance à nous mettre dans la projection, dans l’anticipation et dans le système de stress.
Une zone en particulier, le cortex préfrontal droit est associée à des émotions négatives sources d’humeur noire : inquiétude, anxiété, tristesse, insatisfaction, mécontentement, vigilance excessive.
Les émotions négatives alimentent notre système de stress, stimulent le système sympathique, ce qui se traduit par la mise en tension de l’organisme. Sur la durée, il en résulte un stress chronique qui nuit à la santé.

Les recherches de Davidson (professeur de psychologie, enseignant à l’université du Wisconsin à Madison) montrent que les personnes qui méditent d’une manière régulière ont une diminution de l’activité du cortex préfrontal droit, au profit d’une meilleure activation du cortex préfrontal gauche. Cette partie du cortex génère ou gère plutôt des émotions dites positives, comme la joie, l’enthousiasme. Les personnes se sentent alertes, dynamiques et joyeux. Ils prennent davantage de plaisir à la vie et ont une impression de bien être accru.
Ces émotions activent le système nerveux parasympathique, ce qui est source de relâchement, de possibilité de régénération, et donc bénéfique à la santé.

Ces bénéfices sur la santé sont avérés. Même sur les méditants n’ayant pratiqués qu’une heure par jour pendant huit semaines. Les effets ont été significatifs sur la tension, l’anxiété, la résistance à la douleur, le système immunitaire ou encore la qualité de l’attention.

Jean Pierre Desfour

Praticien de medecines alternatives

http://www.stress-hypnose.fr

0
0